Exceptionnel : photographie inédite de Louis Ferdinand Céline

Photographie inédite de Céline, au format 12 X 9 cm prise dans le jardin de Meudon en compagnie de madame Dubuc qui fut proche d’Albert Paraz, datée au dos « Meudon 1954 ». Il est inutile de dire à quel point les photographies inédites de Céline sont rares, plus particulièrement à cette époque où il recevait fort peu de visiteurs. Cliché en parfait état de conservation. © Librairie D’un livre l’autre, reproduction strictement interdite. 3500 €

 

La dernière aventure de Polichinel, illustré par JOB.

La dernière aventure de Polichinel (sic) par LINDEN Adrien, illustré par JOB

Pellerin imprimeur-éditeur, Épinal, sans date (1886 d’après catalogue BNF), non paginé (16 pages), 27 X 20,5 cm

Edition originale, il n’est pas annoncé de grands papiers, livre abondamment illustré de Chromolithographies tirées d’après des aquarelles de Job. Cette publication, une des toutes premières illustrations de Job, sinon la première, n’apparait dans aucune de ses bibliographies. Elle a été réalisée pendant la période où, après son passage aux Beaux-Arts, il donne des caricatures à des journaux satiriques comme La Lune, mais il n’est pas encore connu comme illustrateur de livres (« Histoire d’un bonnet à poil » ne sera publié que deux ans plus tard en 1888). Il est vrai que nous sommes ici très loin des thèmes qui lui seront chers par la suite, l’Histoire de France et l’armée. Un manque angulaire n’affectant pas le dessin au feuillet 5-6 (voir scan), sinon exemplaire dans un état de conservation exceptionnel s’agissant d’un livre pour enfants. Les illustrations sont d’une grande fraîcheur.  De toute rareté. 250 €

 


Job Polichinel 2

Job Polichinel 1

Job Polichinel 3
Job Polichinel

Exposition « Encres photographiques » de Philippe Bonnet Du 15 au 29 Janvier

Sans titre2

C’est à l’aide d’un appareil photo toujours tapi au fond de ma poche que je glane la matière destinée à mes réalisations. L’ombre d’un statuette projetée sur le sol du musée Dapper, la jupe rouge d’une jeune femme sur le boulevard Montparnasse, quelques centimètres carrés d’une vieille bande dessinée populaire, un très vieux cadeau Bonux, le train d’atterrissage du Concorde, le jet de la douche, une station de métro en rénovation, autant de sujets divers qui se prêtent à mes extrapolations.

Read More « Exposition « Encres photographiques » de Philippe Bonnet Du 15 au 29 Janvier »

« Suite Galante » par Pierre CAMO avec une eau forte de Dunoyer de Segonzac et des lettres manuscrites.

Paris 1949, 74 pages, 29 X 22,5 cm Edition originale, dont il a été tiré en tout 270 ex numérotés dont 88 sur Pur fil du Marais les seuls à comporter l’eau-forte de Dunoyer de Segonzac en frontispice et 182 sur Crèvecœur, le nôtre un des 8 exemplaires nominatifs (N° VI) de tête imprimé au nom de Marcel Sautier l’éditeur du livre. Il comprend en outre : en feuilles libres 12 lettres ou cartes autographes datées entre 1954 et 1971 et signées de Camo à Sautier, ainsi qu’un article du Figaro du 18 septembre 1974 annonçant la mort de Dunoyer de Segonzac, une eau-forte de ce dernier monogrammée dans la gravure, une carte de visite et son enveloppe destinée à Sautier, comportant quelques lignes signées Segonzac à propos d’une aquarelle. Montés sur onglet et reliés avec le livre : une eau-forte de Segonzac dont le cuivre a été rayé avec des commentaire manuscrits de l’artiste ainsi qu’une carte de visite signée expliquant qu’il n’existe que 2 épreuves de ce tirage rayé: celle-ci et une autre que Segonzac a gardé pour lui ; une critique élogieuse du livre par Philippe Chabaneix parue dans le Mercure de France daté du 1 décembre 1949 ; 6 lettres autographes signées de Camo à Sautier, datées du 23 mars 1949 au 10 juillet 1950 relatives au livre et suivant le volume imprimé les 50 pages du manuscrit autographe des poèmes. «

Pierre Camo est né le 10 décembre 1877 à Céret (Pyrénées Orientales), dans une famille bourgeoise de vieille souche catalane. Il fait ses études de droit à Toulouse et à Paris, puis entre dans la magistrature. Il sert à Madagascar à partir de 1903 et reste dans la « grande île », qu’il aima tant, jusqu’à sa retraite, en 1934. Il retourne alors en Roussillon et s’installe dans la propriété familiale du mas Camo, où il meurt, presque centenaire, en 1974. Il est surtout connu comme poète et ses recueils lui valurent le Grand Prix de l’Académie Française. Mais il fut aussi le biographe de Maillol et de Dufy et le promoteur infatigable de la littérature et des arts malgaches. » (La Revue critique), on a pu écrire de lui qu’il était : « Le fils bien portant de Baudelaire ». Envoi de l’auteur à Marcel Sautier. Dans une reliure plein vélin, lettrage doré. Ensemble unique en parfait état.

Exemplaire unique. 1800 Euros

« Suite Galante » par Pierre CAMO avec une eau forte de Dunoyer de Segonzac et des lettres manuscrites.

Paris 1949, 74 pages, 29 X 22,5 cm Edition originale, dont il a été tiré en tout 270 ex numérotés dont 88 sur Pur fil du Marais les seuls à comporter l’eau-forte de Dunoyer de Segonzac en frontispice et 182 sur Crèvecœur, le nôtre un des 8 exemplaires nominatifs (N° VI) de tête imprimé au nom de Marcel Sautier l’éditeur du livre. Il comprend en outre : en feuilles libres 12 lettres ou cartes autographes datées entre 1954 et 1971 et signées de Camo à Sautier, ainsi qu’un article du Figaro du 18 septembre 1974 annonçant la mort de Dunoyer de Segonzac, une eau-forte de ce dernier monogrammée dans la gravure, une carte de visite et son enveloppe destinée à Sautier, comportant quelques lignes signées Segonzac à propos d’une aquarelle. Montés sur onglet et reliés avec le livre : une eau-forte de Segonzac dont le cuivre a été rayé avec des commentaire manuscrits de l’artiste ainsi qu’une carte de visite signée expliquant qu’il n’existe que 2 épreuves de ce tirage rayé: celle-ci et une autre que Segonzac a gardé pour lui ; une critique élogieuse du livre par Philippe Chabaneix parue dans le Mercure de France daté du 1 décembre 1949 ; 6 lettres autographes signées de Camo à Sautier, datées du 23 mars 1949 au 10 juillet 1950 relatives au livre et suivant le volume imprimé les 50 pages du manuscrit autographe des poèmes. «

Pierre Camo est né le 10 décembre 1877 à Céret (Pyrénées Orientales), dans une famille bourgeoise de vieille souche catalane. Il fait ses études de droit à Toulouse et à Paris, puis entre dans la magistrature. Il sert à Madagascar à partir de 1903 et reste dans la « grande île », qu’il aima tant, jusqu’à sa retraite, en 1934. Il retourne alors en Roussillon et s’installe dans la propriété familiale du mas Camo, où il meurt, presque centenaire, en 1974. Il est surtout connu comme poète et ses recueils lui valurent le Grand Prix de l’Académie Française. Mais il fut aussi le biographe de Maillol et de Dufy et le promoteur infatigable de la littérature et des arts malgaches. » (La Revue critique), on a pu écrire de lui qu’il était : « Le fils bien portant de Baudelaire ». Envoi de l’auteur à Marcel Sautier. Dans une reliure plein vélin, lettrage doré. Ensemble unique en parfait état.

Exemplaire unique. 1800 Euros

Belleville Ménilmontant

RONIS Willy & MAC ORLAN Pierre

Arthaud, Grenoble Paris 1954, non paginé (124 pages), 28 X 22,5 cm

Edition originale, comprenant une préface de 2 pages de Mac Orlan et 88 photographies de Willy Ronis magnifiquement tirées en héliogravure qui illustrent un Paris disparu. Couverture illustrée à triple rabat, illustrée d’une photographie. Exemplaire complet de sa bande promotionnelle jaune « Les villages enclos dans Paris », en état de neuf. 300 €